Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 14:57
{CARTE POUR BAPTEME}

Carte pour le baptême de ma nièce:

Repost 0
Published by Jen - dans cartes
commenter cet article
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 14:46
{PAGE: Michaël Jackson}

Il s'agit ici d'une page qu'une petite fille m'a demandé de faire pour l'anniversire de son papa...

Repost 0
Published by Jen - dans pages
commenter cet article
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 18:18

La bataille de Verdun, 21 Février 1916 - Décembre 1916, 300 jours et 300 nuits de combats acharnés, effroyables. 26.000.000 d'obus tirés par les artilleries soit 6 obus au m2, des milliers de corps déchiquetés, environ 300.000 soldats français et allemands portés disparus.

 

C'est en parcourant ces lieux, aux premiers jours de l'Armistice, que Monseigneur GINISTY, évêque de Verdun accompagné du général VALANTIN, gouverneur de Verdun, a eu l'idée de donner à ces restes sacrés de soldats morts sur le champ de bataille, une sépulture décente où les familles pourraient venir se recueillir et prier pour les chers disparus.
 
22 août 1920:
La première pierre fut posée par le Maréchal Pétain, Président d'Honneur du Comité de l'Ossuaire.
17 septembre 1927:
Transfert solennel de l'Ossuaire provisoire à l'Ossuaire définitif des 52 cercueils représentant les secteurs de la bataille de Verdun...
7 août 1932:
Inauguration officielle par le Président de la République Albert LEBRUN.
 

La tour haute de 46 mètres offre à son sommet une vue panoramique avec une table d'orientation. Le Bourdon de la Victoire résonne aux cérémonies importantes et le phare, lanterne des morts, rayonne sur le champ de bataille.

Au premier étage se trouve le musée de guerre qui comporte des reliques des villages détruits, des vues stéréoscopiques en relief du champ de bataille, ainsi que de nombreuses armes. On peut notamment trouver un mortier allemand de 76 mm en parfait état de conservation, "le Minenwerfer", classé Monument Historique.

(les photos étaient interdites...)

 

Le cloître long de 137 mètres, avec les tombeaux représentant les secteurs géographiques de la bataille de Verdun et le bouclier où brûle la flamme du souvenir les jours de cérémonie.

Les tombeaux recouvrant les restes de 130.000 soldats inconnus, où les familles peuvent se recueillir et prier pour leurs morts.
Chaque pierre gravée représente le nom d'un soldat disparu.
     
Ci-dessous:
vue du champ de bataille  

douaumont 7

 

douaumont 6

 

Ci-dessous:
L'Ossuaire avec sa tour haute de 46 mètres, au milieu du cloître long de 137 mètres 

douaumont 3

  douaumont 1

  douaumont 5

 

douaumont-12.JPG

 

Ci-dessous:

Le cloître long de 137 mètres, qui s'étend de part et d'autre de la tour, vue de l'intérieur  douaumont-11.JPG

 

douaumont-14.JPG

 

douaumont-18.JPG

 

douaumont-15.JPG

        douaumont-21.JPG

 douaumont-22.JPG

  douaumont-23.JPG

 douaumont-17.JPG

 

douaumont-20.JPG

 

Ci-dessous:

Le bouclier où brûle la flamme du souvenir 

douaumont-31.JPG

 

douaumont-19.JPG

        douaumont-26.JPG

   douaumont-28.JPG

   douaumont-29.JPG

   douaumont-30.JPG

    douaumont-32.JPG

 

Ci-dessous:

Au centre du cloître se trouve une petite chapelle avec de magnifiques vitraux douaumont-34.JPG

   douaumont-36.JPG

 

Ci-dessous:

Evacuation d'un soldat mourant par quatre brancardiers douaumont-39.JPG

 

Ci-dessous:

Christ serrant dans ses bras pour mieux l'unir à son sacrifice le corps d'un soldat encore enveloppé dans sa toile de tente douaumont-41.JPG

 

Ci-dessous:

Prêtre célébrant la messe dans les tranchées douaumont-43.JPG

 

Ci-dessous:

Dépouille mortelle d'une infirmière enlevée par deux anges douaumont-45.JPG

 

Ci-dessous:

Evocation de l'ascension du Christ dans la gloire douaumont-47.JPG

 

Ci-dessous:

Ascension du soldat mort soutenu par deux anges douaumont-49.JPG

   douaumont-51.JPG

 

Ci-dessous:

Vestiges provenant des Eglises des villages de Vaux, Fleury, et Douaumont 2012-part2-0094.JPG

   2012-part2-0095.JPG

 

Ci-dessous:

Tout le long du cloître, il y avait une exposition photo sur les visages de la grande guerre...

Ici, par exemple, il s'agit de Dumitrascu Lacatusu    douaumont-52.JPG

   douaumont-81.JPG

 douaumont-53.JPG

 

douaumont-69.JPG

 douaumont-54.JPG

 

douaumont-80.JPG

 douaumont-55.JPG

 

douaumont-86.JPG

 douaumont-56.JPG

 

douaumont-75.JPG

 douaumont-57.JPG

 

douaumont-62.JPG

 douaumont-58.JPG

 

douaumont-65.JPG

 douaumont-59.JPG

 

douaumont-68.JPG

 douaumont-60.JPG

 

douaumont-85.JPG

 

 Je n'ai pas tout pris en photo, mais il y avait également:

 

douaumont-63.JPG

  douaumont-64.JPG

 douaumont-66.JPG

 douaumont-67.JPG

 douaumont-70.JPG

 

douaumont-71.JPG

  douaumont-72.JPG

  douaumont-73.JPG

 douaumont-74.JPG

  douaumont-76.JPG

  douaumont-77.JPG

 douaumont-78.JPG

 douaumont-79.JPG

  douaumont-82.JPG

 douaumont-83.JPG

 douaumont-84.JPG

 

douaumont 87

 douaumont-88.JPG

 douaumont-89.JPG

 

Repost 0
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 15:30

Avant de vous montrer les photos de ce village aussi beau que chaotique, voici un peu d'Histoire pour ceux que ça intéresse...

 

1900

 

En 1913, l'annuaire de la Meuse nous donne les indications suivantes: 422 habitants:

 

Aubergistes: MM. Body, Hubert, Simon

Boulanger-pâtissier: M. Hubert

Charpentier, charron, menuisier: M. Simon

Cordonnier: M. Legay L.

Couturières-repasseuses: Mme Vve Legay A., Legay A., Mlles Lamorlette, M. Gorgen L.

Epiciers-merciers: MM. Body, Hubert

Entrepreneur de travaux publiques: M. Simon N.

Fondeur-étameur: M. Mangin

Maçons: MM. Ligony C., Legay Al., Ligony A., Pédotti, Tardivat

Maréchal: M. Lahaye T.

Dépôt de pain: M. Body

Surveillant du génie: M. Tardivat

Tabacs: M. Body

Agriculteurs propriétaires: MM. Body J-B., Lamorlette-Louis J-M., Legay F-J., Poncet-Limouzin N., Poncet-Olivier F, Simon R.

 

Jusqu'à la grande guerre, Fleury-Devant-Douaumont mena une existence paisible et laborieuse. De temps immémorial, les travaux et les jours se déroulaient au rythme des saisons, faisant alterner semailles et moissons, bûcheronnage et vendange, années de disette et de prospérité.

Les invasions de 1792, 1814 et 1870 évitent ces hauteurs boisées où rodent encore des loups... Le temps qui semblait s'être arrêté à Fleury-Devant-Douaumont accélère soudain son rythme après 1870. Le chemin de fer à voie étroite Verdun-Douaumont passe à Fleury-Devant-Douaumont. Puis la construction de la Redoute à Souville, des forts de Tavannes, Froideterre, des ouvrages intermédiaires, amène dans les rue du village une foule de travailleurs et de soldats.

En août 1914, ses 400 habitants voient défiler les régiments de Verdun qui partent en couverture dans la plaine de la Woëvre. En septembre, la bataille de la Marne fixe le front à quelques kilomètres au Nord et au Nord-Est du village.En 1915, intacte et débordant de troupes, il fait partie de la région fortifiée de Verdun.

 

1916

 

Le 21 février 1916, Fleury-Devant-Douaumont est réveillé par le bombardement préparatoire à l'assaut allemand. Il neige. L'horizon est en feu. Les nouvelles sont rares et contradictoires. L'ordre est donné d'évacuer le village. Les habitants s'entassent dans les charrettes, emmènent le bétail et descendent vers Bras-sur-Meuse et Verdun croisant les renforts qui se hâtent devant la ligne de feu. Le 24 février, la chute du Fort de Douaumont met Fleury-Devant-Douaumont sous les vues allemandes. Les bombardements crèvent les toitures pendant que les tranchées et les abris transforment les caves en îlots de résistance. Et la destruction de Fleury-Devant-Douaumont ne s'arrêta plus. En mai, il n'est déjà plus qu'un tracé de ruines fumantes. Le 7 juin, la perte du Fort de Vaux le met en première ligne.

Entre Froideterre et Souville, à la tête des ravins de la Poudrière et des Vignes, il devient une des clés de la bataille. Emporter cette position, c'est une chance pour les allemands de percer. La tenir, c'est vérouiller la porte qui ouvre sur Verdun.

Ainsi commence l'agonie de Fleury-Devant-Douaumont dont le drame se noue pendant les semaines de juin à aoùut 1916 quand l'assaillant lance ses dernières et furieuses offensives sur le front de Froideterre-Souville. Au cours de la bataille, Fleury-Devant-Douaumont changera 16 fois de mains. Le 23 juin, les meilleures troupes du Kronprinz, Bavarois et Alpenkorps, précédées de milliers d'obus dont à gaz, déferlent sur le village.

Pour retarder cette avance impitoyable, le 121ème Bataillon de Chasseurs à pied se sacrifie; à la nuit, il est anéanti; mais la 260ème brigade peut prendre la relève. Se succèdent alors de furieux assauts sur ces quelques hectares. Pris le 23 juin, Fleury-Devant-Douaumont est repris le 24; reperdu aussitôt, réoccupé le lendemain, et reperdu de nouveau. Le 27, un bataillon du 241ème Régiment d'Infanterie s'accroche à la lisière Sud et en interdit le débouché. Le 11 juillet, l'assaillant tente un suprême effort, et dans la poussière âcre des exlosions, il attaque, précédé de lance-flammes et réussit à s'emparer de la Poudrière défendue par deux bataillons de la 255ème brigade commandée par le colonel Coquelin de Lisle.

Quelques éléments parviennent même jusqu'au centre D dit le "Morpion" par les allemands en raison de l'aspect qu'il présentait sur leurs photos aériennes puis se replient avec quelques prisonniers.

Cet ouvrage terrassé encore visible sur le terrain marque l'extrême avance de l'ennemi en direction de Verdun.

La Poudrière appelée par les allemands "M. Raum" (= abri à munitions) édifiée avant la guerre en même temps que le camp retranché de Verdun, devait servir de dépôt de munitions avancé d'artillerie, pour permettre d'alimenter plus rapidement les batteries de forteresse ou de campagne entre Douaumont, Thiaumont, Froideterre et Fleury-Devant-Douaumont, ainsi qu'un certain nombre de dépôts de munitions secondaires reliées à elle par voie de 60. Abri sous roc situé à environ 10 mètres sous terre à deux entrées.

A l'intérieur, dans les couloirs, reste la trace de voies de 60 cm et plaques tournantes qui assuraient jusqu'au début de la bataille, l'acheminement des munitions à pied d'oeuvre. Dans le fond, une grande salle servait de poste de secours. A l'entrée, le long de la piste, (sentier de découverte de la Poudrière de Fleury-Devant-Douaumont), restent les vestiges de l'ancien poste de garde, où le Colonel Coquelin de Lisle a été tué ce 11 juillet 1916.

A 200 mètres au Sud-Sud Ouest, se trouve la tombe du Caporal mitrailleur Rachel, tué le même jour.

Du 13 juillet au 5 août, de violents combats continuent autour des ruines du village englouties dans le chaos du champ de bataille. Les 17 et 18 août, le Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc qui se bat depuis 10 jours dans les ruines, s'élancent à l'assaut en chantant la Marseillaise, et reprend définitivement le village. En octobre et novembre, la position de Fleury-Devant-Douaumont sera la base de départ des offensives qui reprennent Douaumont et Vaux.

 

Après guerre

 

En 1918, Fleury-Devant-Douaumont est un village "Mort pour la France". Mais comme huit autres du Front de Verdun, la Nation reconnaissante lui a conservé sa personnalité juridique. Fleury-Devant-Douaumont a un maire, Fleury-Devant-Douaumont a ses fidèles.

Fleury-Devant-Douaumont revit. L'Association Nationale du Souvenir de la Bataille de Verdun et l'Office Nationale des Forêts ont dégagé le tracé de ses rues, l'emplacement de ses maisons. Le visiteur peut retrouver la fontaine du village où jaillissaient les rires et eaux claires, les fermes, la forge, l'école, l'église...

Depuis 1979, Notre Dame de l'Europe scellée sur la façade de la chapelle votive, appelle à la fraternité et à la paix, tous les hommes qui viennent en ce lieu s'incliner devant le sacrifice et la misère des deux adversaires de l'époque, aujourd'hui réconciliés. Construit sur l'emplacement de la gare de Fleury-Devant-Douaumont, le Mémorial est consacré à la bataille de Verdun: photos, fresques, documents, matériels divers, armes, équipements, uniformes, avions français et allemands racontent et retracent cette tragique bataille que le visiteur peut revivre en saisissant ce que furent les souffrances et les misères des hommes qui y participèrent.

 

 

Témoignage du sous-lieutenant Hermann Thimmermann de la garde Bavaroise:

 

"En l'espace de quelques secondes, j'aperçois au coin Sud-Est des ruines de Fleury, encore occupées par les français, de gigantesques nuages de fumées noire et les jets de lance-flammes. Je vois aussitôt sortir des groupes fantastiques, des tas de français hurlant, vacillant, brûlant sur pied. Ils tirent en aveugle autour d'eux. Certains courrent comme des torches vivantes, puis s'abattent."

 

Témoignage du Lieutenant Von Lossow

 

"Les aviateurs français surgissent de la fumée, rapides comme l'éclair, ils tirent sur nous à la mitrailleuse, ils foncent si près du sol qu'on a l'impression qu'ils vont enlever un de nous."

 

Témoignage de l'abbé Thellier de Poncheville:

 

"D'abord par rangées entières, les maisons ont été consommées par la mitraille et par l'incendie, les toits effondrés, les murs troués, calcinés, écroulés dans la rue, dans le jardin, avec leurs charpentes tordues et toute leur grâce intime profanée. Une forte odeur de charnier s'en dégage, et non loin des vieux morts du cimetière civil boulversé, aux sépultures ouvertes, gisent des morts récents en bleu horizon ou feldgrau (...) La furie des combats a tout dispersé, les obus se sont abattus sur ces ruines baignées du sang des combattants, truffées de cadavres rongés par les rats en putréfaction avancée, des ferrailles de guerre, fusils rouillés, pelles cassées, fil de fer barbelé (...) L'emplacement du village de Fleury se reconnaît à la couleur de ses pierres répandues comme des tas d'écume blanche sans cesse éparpillée."

 

Fleury 12

  Fleury-15.JPG

 Fleury-19.JPG

 

Fleury-46.JPG

 

Ci-dessus:

Notre Dame de l'Europe appelant à la Paix et à la Fraternité

 

Fleury-49.JPG

 

Fleury-48.JPG

 

Fleury-50.JPG

 

Ci dessous:

Au sol, on voit des bosses partout qui nous rappellent qu'il y a presque 100 ans, des obus sont tombés sur ce village et l'ont totalement détruit. C'est très impressionnant de voir ça en vrai, car c'est vraiment aussi beau que chaotique !

 

Fleury-23.JPG

 

Fleury-27.JPG

 

Fleury-38.JPG

 Fleury-20.JPG

 

Ci-dessous:

Un peu partout, on peut voir ce type de bornes qui nous indiquent qu'à l'époque, à cet emplacement, il y avait une maison, un commerce ou une école, depuis disparus sous les bombes et les lance-flammes.

 Fleury-21.JPG

  Fleury-29.JPG

 Fleury-24.JPG

 

ci-dessus:

80 ème anniversaire de l'Armistice de la Grande Guerre 1914-1918

 

Le 7 novembre 1998, jour proche du 80 ème anniversaire de l'Armistice de la Grande Guerre 1914-1918, de nombreux Amis de France, d'Allemagne, de Pologne, de Tchéuie et de Bosnie, sont venus dans ce lieu sacré et béni rendre un Hommage solennel et plein de Coeur au Sacrifice des Braves qui sont morts pour que vienne l'Europe. Ils leur ont présenté le Drapeau Itinérant Européen dont le parcours de plus de 30 000 km a rassemblé sur son passage près d'un million d'Européens. Au nom de ces derniers, en témoignage de gratitude, ils ont alors respectueusement mêlé de la terre de leurs propres sols à celle immortalisée de Verdun, encore impregnée du sang de leurs ancêtres. Pour la Mémoire, ils ont planté trois arbres, ceux de la Paix, de la Liberté, et des Droits de l'Homme, ces valeurs fondamentales, éternelles, indispensables à l'Harmonie du Monde, dont le symbole fut Verdun.

 

Fleury-32.JPG

 Fleury-33.JPG

  Fleury-34.JPG

 

Fleury-35.JPG

 

ci-dessus:

Ravin des Vignes

 

Ravin: mouvement de terrain permettant de se rendre d'un point à un autre, en toutes circonstances, sans se perdre, et le plus souvent hors des vues terrestres. De ce fait, cordon ombilical des unités en ligne de feu dans la guerre meurtrière de positions. Lieu où séjournaient les troupes de réserves en période intense de combat.

 

De part et d'autres de la ligne de feu, dans l'Enfer terrestre de la Bataille de Verdun, les ravins souvent bombardés offrent un paysage de la Mort... Chargés tels des animaux de bât, haletant et sans souffle, ces hommes de relève montantes, ces territoriaux de corvées diverses entament la première étape de leur calvaire en direction de la zone des combats, souvent harcelés par des tirs d'artillerie ennemis dont quelques obus à gaz rendent l'atmosphère irrespirable. Que se passait-il dans leur coeur stressé par la peur, la fatigue, la chaleur ou le froid selon les saisons, la soif, l'odeur des cadavres en putréfaction. L'appel des blessés récents craignant d'être abandonnés à leur triste sort. La souffrance physique se complète d'une épreuve morale lancinante. C'est dans ce désert d'orage d'acier, de folie nocturne, que s'effectuaient de nuit ou par temps très couvert, les déplacements dans tous les ravins des Hauts de Meuse, notamment dans ce ravin des Vignes entré dans l'Histoire l'été 1916.

 

"Oeuvre des métallurgistes des usines qui fabriquent les matériels, et des ingénieurs qui composent au fond de leur laboratoire, les gaz asphyxiants et autres produits meurtriers (lance-flamme). Ainsi, les forces de la matière essayent non sans succès, d'annihiler celles de la bravoure."

 

Abbé Thellier de Poncheville, aumônier militaire à Verdun.

 

Fleury-43.JPG

 Fleury-44.JPG

 

 

 Une très belle promenade (gratuite) que je recommande vivement à tous ceux qui passeront par Verdun ou à proximité.

Repost 0
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 15:16

Un épisode-symbole de la grande bataille de 1916 a beaucoup marqué les esprits, c'est celui de la Tranchée des Baïonnettes.

Le 12 juin 1916, un détachement du 137e Régiment d'Infanterie, isolé sous un bombardement intensif d'obus est enseveli dans la tranchée bouleversée. Seul témoignage de la présence des hommes : quelques centimètres de baïonnettes émergeant du sol.

Cette vision de baïonnettes dépassant le nivellement de la tranchée est restée inoubliable dans la mémoire collective.
En 1920, un monument bétonné, recouvrant l’ensemble de la tranchée, fut érigé à la mémoire de ces soldats morts dans des conditions atroces.

 

 

tranchee-baionnettes-1.JPG

 

tranchee-baionnettes-3.JPG

 tranchee-baionnettes-4.JPG

  tranchee-baionnettes-5.JPG

  tranchee-baionnettes-7.JPG

  tranchee-baionnettes-9.JPG

  tranchee-baionnettes-14.JPG

 

 Voilà un morceau de baïonnette qui dépasse...

 

tranchee-baionnettes-13.JPG

  tranchee-baionnettes-16.JPG

 

Repost 0
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 14:30

L'origine de la dragée

 

En 1220, un droguiste de Verdun eut l'heureuse idée de revêtir d'une couche de sucre et de miel les amandes dont il se servait pour fabriquer ses gâteaux et de faire durcir le tout afin de rendre ce produit facilement transportable. La dragée était née et portait le nom d'épices.

 

En 1660, Colbert écrit au Roi: "Il se fait à Verdun grand commerce de Dragées". Ce produit eut tout de suite un grand succès dans la noblesse et le drageoir fut de rigueur pour les dames.

 

En 1783, simple confiserie créee par J.Boivin, elle devint en 1871 une vaste usine dirigée par M. Léon Braquier et M. Edouard Boivin et fut détruite lors de la bataille de Verdun en 1916.

La société "La Dragée de Verdun" a été définitivement constituée le 11 août 1921.

 

Cette confiserie a connu de grands moments historiques comme le sacre de Henri III et elle fut aussi dégustée par de prestigieux clients comme Napoléon Ier, Charles de Gaulle, le Prince de Galles...

Les Verdunois gardent encore aujourd'hui la tradition consistant à remettre un drageoir frappé des armes de la ville de Verdun lors de la visite d'un chef d'Etat.

 

Le succès de la dragée est basé sur une fabrication traditionnelle issue d'un savoir faire transmis depuis des générations. Les amandes sont sélectionnées rigoureusement et proviennent principalement de Sicile ou d'Espagne. La dragée est ensuite recouverte d'une couche de sucre lisse et dure. Elle se déguste nature ou aromatisée selon les goûts et se décline en diverses couleurs et formes. La dragée, ce n'est pas seulement des amandes, c'est aussi des noisettes, de la nougatine, du chocolat, de la liqueur, et de la pâte d'amande.

La dragée de Verdun est une gourmandise incontournable !

 

Braquier-43.JPG

 

Braquier-44.JPG

 

Braquier-42.jpg

 

Braquier-1.JPG

 

Braquier-2.JPG

 

Braquier-40.jpg

 

Braquier-39.jpg

 

Braquier-8.JPG

 

Atelier "triage des amandes"

 

Braquier-10.JPG

 

Atelier "gommage"

(enrobage à la gomme arabique)

 

Braquier-13.JPG

 

Braquier-14.JPG

 

Braquier-15.JPG

 

Atelier "dragistes"

 

Braquier-21.JPG

 

Atelier "colorisation"

(premier plan)

 

Braquier-28.JPG

 

Braquier-25.JPG

 

Atelier "or et argent"

 

Braquier 24

 

Moules pour les fameux obus Braquier en chocolat qui explosent et laissent s'échapper dragées et gadgets (cf: la 3ème photo)

 

Braquier-22.JPG

 

La boutique

 

Braquier-35.JPG

 

Braquier-34.JPG

 

Braquier 33

  Braquier-36.JPG

 

Repost 0
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 16:20

Bonjour à toutes et à tous !

 

La fête des mères approche et cette année, ce n'est pas une, mais trois cartes que j'ai à vous montrer !

En effet, Alycia et Jade, deux de mes petites élèves m'ont demandé de leur faire une carte pour offrir à leur maman. J'ai donc scrappé 3 cartes selon un même sketch qui m'avait beaucoup plu, dans un style plutôt shabby.

 

Voici la carte pour ma maman:

 

2012-0002.JPG

 

et celles pour Jade et Alycia:

 

 

2012-0003-copie-2.JPG

 2012-0004-copie-1.JPG

 

 

Voilà les amis, c'est tout pour aujourd'hui !

Je vous dis à bientôt, et vous souhaite une bonne semaine.

 

Bisous

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jen - dans mes cartes
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 16:01

Ma cousine Audrey a mis au monde en avril dernier une petite fille prénommée Danaé. Il me tarde de pouvoir faire sa connaissance, mais en attendant, pour lui souhaiter la bienvenue et féliciter les heureux parents, j'ai fait une petite carte que voici:

 

 

2012 0001-copie-1

 

 

 

Repost 0
Published by Jen - dans mes cartes
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 12:31

Cela fait un sacré bout de temps que je n'ai pas scrappé, mais j'ai quand même fait une petite carte pour l'anniversaire de ma copine Fanny. Malheureusement, elle a déménagé entre temps, et je ne l'ai su qu'après l'avoir envoyée. Alors j'espère qu'elle a quand même fini par la recevoir !

 

 

2012-0016-copie-1.JPG

Repost 0
Published by Jen - dans mes cartes
commenter cet article
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 13:39

Voilà une bonne adresse que nous avons découvert l'été dernier. Nous y sommes retournés quelques fois depuis, et je dois bien avouer que nous n'avons jamais été déçus. Il s'agit d'un restaurant de spécialités lorraines et alsaciennes situé juste en face du palais ducal abritant le musée lorrain.

 

 

Voici quelques images du restaurant et des plats que nous avons commandé:

 

2012 2299

 

2012 2298

 2012 2300

 2012 1198

 Salade Vosgienne

 

2012 1200

 Planche campagnarde

(lard grillé, pommes de terre sautées, salade verte, fromage blanc aux herbes)

 

2012 2302

Râpés de pommes de terre accompagnés de fromage blanc aux herbes

 

2012 1206 Coupe Stanislas

(glace aux macarons de Nancy, glace à la bergamote, sorbet à la mirabelle, mirabelles au sirop, chantilly)

 

2012 1202

 Crème brûlée à la bergamote

 

 

Infos pratiques:

 

97 GRANDE RUE
54000 - NANCY

Tél : 0383328594
Fax : 0383325591
Email : patricemarchand54@gmail.com
Siret : 31685575800025

 

Site internet: http://www.leptitcuny.fr/accueil.php

La carte: http://www.leptitcuny.fr/_dynamique/revuesPresses01/fichiers/cartemenu-2-6.pdf

 

Repost 0

Présentation

Profil

  • Jen
  • généreuse, curieuse, rêveuse, nostalgique, passionnée d'Art, d'Histoire, de Littérature et de Musique

Pages